Une vraie connexion entre les danseurs et le public

EDÉA > Actualités > Une vraie connexion entre les danseurs et le public

Une vraie connexion entre les danseurs et le public


La danse contemporaine révolutionne les codes. Elle  fascine, inspire et connecte des univers qui peuvent sembler éloignés. Elle s’ouvre sur d’autres cultures et propose un autre rapport au corps. Si beaucoup ont l’habitude de s’y rendre en tant que spectateurs, rares sont ceux qui osent « brûler les planches » en qualité de danseur. Cette activité artistique possède pourtant de nombreuses vertus et peut même s’avérer thérapeutique.


Le spectacle de danse contemporaine, ConneXions

Les bénéficiaires des SAJ Florada et du foyer de vie Cypressat ont renouvelé leur performance après le succès des spectacles « Sphères » en 2011 et « Atmosphères » en 2013. Ils se sont remis en scène et ont présenté leur dernier spectacle de danse contemporaine à 400 personnes les 6 et 7 juin au Cuvier de Feydeau à Artigues : ConneXions.

Accompagnés par les professionnels de EDÉA, les douze danseurs se sont retrouvés autour d’un sujet qui nous concerne tous, celui des connexions qui se font ou non entre les individus. La chorégraphie, interprétée par Valérie Lacamoire de la Compagnie les Résonances, inspirait les émotions, les liens visibles et invisibles qui se tissent entre chacun d’entre nous dans nos relations quotidiennes.

Danser, c’est d’abord s’amuser et prendre du plaisir sur scène. Et les danseurs ont ressenti toutes sortes d’émotions : la peur, la joie, la surprise… Au vue des applaudissements qui retentissaient, le public était connecté avec les artistes !


Les émotions au cœur de la danse

Beaucoup de fluidité dans les échanges, des jeux de regards, des intentions fortes, chacun a pu communiquer avec le public.

Les résidents nous ont livré dans leur jeu d’acteur l’expression de ces liens plus ou moins visibles que nous entretenons avec nous-même et les autres. Passer parfois si près de certaines personnes sans pour autant les voir réellement. Mais aussi regarder l’autre sans réellement voir qui il est et le découvrir.

Toutes les équipes, les partenaires et acteurs du territoire se sont pris au jeu de ce projet collectif, entraînant, tellement dynamisant et en même temps stressant voir angoissant pour certains notamment à quelques minutes de l’entrée en scène. L’envie de bien jouer, la peur d’échouer, d’oublier. Ces émotions ont été effacées par les applaudissements, les sourires de la salle et les commentaires très positifs échangés avec les acteurs à l’issue des deux représentations.


Deux soirées s’achèvent et laissent place à de nouveaux projets…

Les spectateurs étaient de tous les horizons : des passionnés de théâtre, des curieux, des professionnels du secteur, des collègues des établissements de EDÉA, des partenaires (Mairie de Cenon, Artigues, Tresses, le CD33, la MDPH, l’Echo des Collines, des administrateurs de EDÉA, …). On pouvait en compter près de 400 !

Des remerciements également aux travailleurs de l’ESAT du GUA qui a organisé deux buffets sucrés pour un moment de convivialité avec des moelleux, des canelés, des madeleines, des cocktails sans aclool… Ces gourmandises, très appréciées, ont récompensé les artistes épuisés à l’issue de chaque représentation. 

Cet espace de liberté et de créativité a été accompagné par les équipes de EDÉA durant plusieurs mois et par les nombreux partenaires impliqués dans le projet dont Mme Lacamoire, Chorégraphe à la Compagnie les Résonances, la création musicale sous la direction d’Etienne Rolin, la recherche plastique de Dominik Lobera et la participation de la ville d’Artigues et du CD33.

Tenez-vous informé, il se peut que les danseurs ne résistent pas à une troisième représentation en 2020. Au rocher de Palmer par exemple…

Articles récents