Rêver son espace de vie

EDÉA > Actualités > Rêver son espace de vie

Rêver son espace de vie 

Depuis 2019, EDÉA est propriétaire d’un bâtiment situé 4 côte de l’empereur à Cenon :  » La résidence Bentejac « . 

Cette structure, anciennement foyer d’hébergement, est désormais occupée par le dispositif EDEAccess’ un service d’accompagnement destiné aux bénéficiaires du RSA, et qui souhaitent redynamiser leur projet professionnel tout en tenant compte de leur état de santé.. 

Le bâtiment va être prochainement rénové : EDÉA souhaite créer une structure innovante en adéquation avec ses valeurs.  C’est dans ce contexte que 10 résidents du foyer du Cypressat ont formé un groupe de réflexion sur l’aménagement d’un espace de vie idéal. 

Josiane, Denis, Jimmy, Nicolas, Étienne, Thibault, Éric, Marie-Hélène, Jean-Marc et Romain ont donc travaillé depuis des semaines sur des réflexions ayant pour fil conducteur : (bien) habiter son espace de vie.

Ils ont été accompagnés par Gaëlle, éducatrice étudiante en philosophie et Aude Le Bihan artiste scénique. 

La semaine dernière, ils ont convié usagers et professionnels de l’Association à la restitution de leurs travaux au sein même de la résidence BENTEJAC. 

Les murs été remplis de dessins, de recherches, de plans… La restitution a donc commencé par du silence : il a été proposé aux invités de fermer les yeux afin de s’imprégner de la mélodie du lieu.  

Aude explique que le groupe a passé beaucoup de temps à écouter, tendre l’oreille, s’imprégner tout en laissant vagabonder leur imagination. 

Elle dit être convaincue que notre réalité dépend de notre imaginaire.  

Puis, chacun avait écrit un texte parlant de sa maison d’enfance. 

À quoi ressemblait-elle ? Que pouvait-on y entendre ? Avec qui je partageais ce lieu ?  

Un travail sur la mémoire d’un lieu et les traces qu’il laisse en chacun de nous. 

Ensuite, les résidents ont expliqué avoir travaillé sur la définition des besoins individuels et collectifs au sein d’un espace partagé. 

Ils ont sélectionné 7 de ces besoins puis ont imaginé des pièces qui y répondent. 

Ainsi, les espaces définis portaient ces noms :  

  • La pièce de l’entraide 
  • La pièce de l’aventure 
  • La pièce pour rêver 
  • La pièce de la tranquillité 
  • La pièce de la dégustation
  • La pièce du débordement 
  • La pièce de la responsabilité 

Chaque résident s’est attelé à imaginer précisément à quoi pourrait bien ressembler ces pièces.

Par exemple Josiane a choisi d’imaginer la pièce de la dégustation :  

« Pour moi, la pièce de la dégustation est une grande pièce avec de grandes baies vitrées. Il y a une immense table avec pleins de choses à manger, principalement des gâteaux de toutes sortes : au chocolat, à la fraise, des tartes aux pommes avec beaucoup de chantilly et surtout du monde avec qui partager le festin. C’est un peu comme un banquet qui ne finirait jamais. » 

Enfin est venue la question des règles au sein de ce lieu de vie idéal. 

Denis nous dit : 

« Sans règles, ce n’est pas possible de vivre ensemble ! Donc dans un foyer idéal, comme dans un avion, il y aurait des pilotes et un copilote. Les pilotes seraient les résidents et le directeur passerait copilote. Il serait là en appui si besoin. Mais les chefs seraient les résidents. Nous définirions nos propres règles. » 

Règles en communauté, notion de frontières, mixité du lieu… Les réflexions durant la réunion de ce groupe ont été nombreuses.

Les résidents s’accordaient à dire que le lieu idéal devait se prêter à la fête, à la joie et au partage.  

Ils évoquaient à l’unanimité la possibilité d’accueillir des gens de passage, de leur offrir un café ou un repas, le temps d’une pause partagée.

Pour conclure, un poème rédigé par le groupe a été lu.

C’est avec ces mots que s’achèvent le compte-rendu des réflexions poétiques des résidents du Cypressat : 

 » Pousser les murs 

Pousser les murs  

Pour grandir, grandir. 

Elargir la place 

La force vient de l’intérieur et de l’extérieur 

Les vieux murs tombent 

Du nouveau, on jette l’ancien 

Ajouter du ciment 

Garder l’origine 

C’est les vieilles pierres qui consolident  

Les mouvements de la ville  

Rénover, rénover 

Passer d’une ville à l’autre. »  

Articles récents