Partenariat Pôle emploi et ESAT du GUA

EDÉA > Actualités > Partenariat Pôle emploi et ESAT du GUA

Découverte du métier de Moniteur d’atelier en ESAT

EDEA et le Pôle emploi de CENON créent une rencontre métier au sein de l’ESAT du GUA autour des missions de moniteur.trice d’atelier. Un métier peu connu alliant service à la personne, formation professionnelle et travail en équipe.

En ESAT c’est plus de 10 professions au service des personnes

Retour sur cette matinée avec 4 personnes motivées, curieuses de découvrir ce métier. Elles étaient auparavant manager, vendeuse ou encore commerciale. Mais c’est un métier bien différent que Pôle emploi leur a proposé de découvrir : celui de monitrice d’atelier au cœur d’un Établissement et Service d’Aide par le Travail.

Jil, Ghislaine, Jorina et Julie ont rendez-vous à l’ESAT du Gua, à Ambarès-et-Lagrave.

Au cœur de ces structures, des professionnels accueillent et accompagnent des personnes en situation de handicap dans la réalisation de leur projet professionnel. 

Avant la rencontre avec les travailleurs, ces jeunes femmes souhaitent en savoir davantage sur leur fonctionnement encore très peu (re)connue du grand public.  Non issues du secteur médico social, une première question légitime est posée: 

Julie : J’ai été enthousiaste mais étonnée qu’on me propose de venir découvrir ce métier car je n’ai pas de compétences spécifiques… Pourrais-je être malgré tout une bonne candidate ? 

Olivier, directeur de l’établissement, répond : C’est vrai que cela demande des compétences, mais elles s’apprennent ! Notre association EDEA propose des plans de formation à l’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique et mental. Nous cherchons davantage une faculté à être à l’écoute, attentif, empathique… plus qu’une compétence technique. 

Puis, la curiosité se déplace sur le fonctionnement de la structure :

Jil : Quels sont les critères d’admission des travailleurs ? 

Olivier : Il n’y a pas de critères d’entrée, pas de compétences particulières demandées, ni de distinctions de handicap. Nous sommes là pour accompagner nos usagers en les formant et en les accompagnant dans leur projet professionnel.

Jil : Certaines entreprises vous font confiance en vous confiant la réalisation de certains produits… Mais comment vous ont-elles connus ?

Olivier : Nous démarchons nous-même les entreprises car nous sommes encore peu connus, y compris dans la région où nous sommes implantés. En ce moment, nous recherchons en particulier des entreprises désirant nous confier un travail de conditionnement, cette activité ayant baissé de 20 % dans nos ESAT. 

La lumière faite sur ces quelques points, place à la visite de l’établissement. 

Au sein de l’atelier conditionnement, elles sont accueillies par Johann, moniteur de l’atelier. Il y a quelques mois en arrière, ce dernier était dans la même situation que ces jeunes femmes : à la recherche d’un emploi, il avait répondu présent lors de la journée découverte du métier de moniteur. Celle-ci fut une révélation. 

Lui qui avait travaillé durant des années en tant que commercial, a finalement trouvé sa voie aux antipodes de son secteur de prédilection.

Ghislaine lui demande l’essentiel  : es-tu heureux ? 

Johann : Ce métier a changé ma vie. Quand je rentre chez moi, j’ai le sentiment d’avoir été utile, d’avoir aidé. Les ouvriers avec qui je travaille ici sont positifs, enthousiastes, heureux de venir travailler. On travaille en musique, il y a de la joie ici ! C’est un échange mutuel, j’apprends aussi aux côtés des travailleurs. 

Jil : Qu’est-ce qui te plait le plus dans ton nouveau métier ? 

Johann : C’est l’humain, qui est au cœur du travail, évidemment. Si vous aimez les autres, vous vous y retrouverez forcément. Puis j’aime trouver des solutions… Par exemple, un des ouvriers de l’équipe ne sait pas compter, pour l’aider j’ai imaginé un dispositif de gommettes. Cela lui permet de réaliser son travail sereinement.

C’est porté par l’enthousiasme de Johann que la visite se poursuit vers l’atelier voisin “La blanchisserie” et conditionnement. 

Ici on repasse, on coud, on brode pour des entreprises externes et des particuliers. 

Chacune est unanime sur la bienveillance et la joie qui règnent au sein des ateliers. Surprises, elles relèvent également la grande créativité des moniteurs qui usent d’inventivité pour permettre à chacun de s’épanouir dans son travail.  Des échanges de CV ont lieu, et c’est avec plus de clairvoyance sur ce métier méconnu que le quatuor repart, en ayant, pour certaines, amorcé un tout nouveau tournant dans leur vie professionnelle. 

Articles récents