La quotidienne de EDÉA n°8

EDÉA > Actualités > La quotidienne de EDÉA n°8

La quotidienne de EDÉA n°8

Suivez les actualités des établissements, du secteur ainsi que quelques idées pour vous occuper le temps du confinement en cette période de pandémie ! Vous pouvez télécharger la quotidienne n°8 !


Comment fonctionne l’ESAT J. JACQUEMART ?

Le passage en confinement est venu bouleverser nos pratiques professionnelles au sein de l’ESAT Jacquemart. Dès le début, l’équipe pluridisciplinaire s’est mobilisée pour organiser le confinement des travailleurs de l’ESAT. Parallèlement, l’une de nos missions a été de mettre en place le suivi des travailleurs pendant cette situation exceptionnelle. L’objectif est de garder le lien avec les travailleurs et de prévenir les difficultés liées à cet isolement. L’équipe pluridisciplinaire et thérapeutique s’est partagé le suivi en fonction des besoins repérés en amont. Ce dispositif s’est organisé de la façon suivante :

  • Mise en place d’une grille d’entretien téléphonique
  • Partage des appels en fonction des situations
  • Garder le plus possible le même interlocuteur tout le long du confinement (en adaptant selon les situations et les besoins)
  • Lien avec le SAVS, les Foyers et les trois autres Esat
  • Lien avec les familles en fonction des situations et des demandes
  • Le rythme des contacts téléphoniques est déterminé avec les travailleurs. A ce jour, les besoins varient de tous les jours à une fois par semaine.

Ce suivi est réalisé 7 jours/7 en fonction des besoins repérés. L’ESAT reste joignable tous les jours sur la ligne fixe de l’ESAT au 05.56.86.36.62 qui est renvoyé vers les téléphones des cadres ou sur le téléphone d’urgence de l’E.S.A.T. : 06.95.23.37.74.

Sur le plan médico-social et thérapeutique

Les situations des travailleurs ont été réparties entre le médecin psychiatre, l’IDE, la neuropsychologue, le responsable médico-social, l’éducatrice spécialisée et les moniteurs en fonction de la nature des besoins. L’équipe pluridisciplinaire intervient de la façon suivante :

  • Détermination de la fréquence d’appel selon les attentes de chaque usager,
  • Démarches administratives (explications, CAF, bulletin de salaire, congés),
  • Explication des consignes et des gestes barrières
  • Conseils divers sur le confinement et les autorisations de sortie,
  • Distribution des attestations au domicile des travailleurs,
  • Relais auprès des curateurs (problème de retrait d’argent, de téléphone),
  • Courses alimentaires (Travailleurs ayant des problèmes de motricité ou de mobilité),
  • Mise en place d’entretiens thérapeutiques,
  • Relais avec les CCAS de certaines communes.

Plus particulièrement, différentes thématiques sont abordées lors des entretiens en accord avec notre fichier de suivi téléphonique. Nous nous assurons que les personnes gardent un rythme de vie “sain” (sommeil, repas, hygiène…) et des contacts avec leurs proches (famille, collègues, amis…). Nous veillons aussi à ce qu’ils comprennent et respectent les gestes barrières et la situation de confinement. Nous questionnons également les sources de stress d’angoisse ou d’isolement, et proposons différentes activités pour les personnes en panne d’inspiration, en veillant à structurer le plus possible les journées. Les retours sont positifs, les travailleurs gardent le moral, leur bonne humeur et leur sens de l’humour ! Des techniques de gestion de l’anxiété sont également proposées pour certains (respiration, cohérence cardiaque, relaxation…). Pour d’autres, il s’agit de les accompagner dans la gestion de leur budget et des repas.

Nous améliorons ou ajustons nos dispositifs en fonctions des retours, des besoins et des remarques.

L’équipe thérapeutique vient également en renfort aux foyers, et propose des entretiens (psychiatre et psychologue) pour les usagers qui présentent une détresse psychologique.

Dans cette situation, les salariés ont également besoin de se sentir soutenus. Un outil d’évaluation des besoins des salariés a été développé, sous la forme de questionnaire, et permet à l’équipe de proposer plusieurs actions de soutien :

  • Entretiens téléphoniques,
  • Groupe de conversation instantané et proposition de groupe de parole,
  • Réalisation d’un journal d’actus toutes les semaines, qui répertorie différentes idées pour gérer la situation de confinement (émotions, anxiété…) et pratiquer des activités durant son temps libre (yoga, activité sportive, cohérence cardiaque, activités avec les enfants…).

Les permanences physiques

Sur site sont du lundi au vendredi de 8h00 à 14h00. Les lundis, mercredis et vendredis les permanences sont renforcées par la présence d’un moniteur ou agent de service et cadre. L’objectif de ces permanences est de répondre aux besoins administratifs, besoins logistiques et de garder le contact avec les différents partenaires et clients. Nous avons restreint au maximum la présence de salariés au sein de l’ESAT afin de respecter les règles de préventions et de protections.

Nous avons privilégié le télétravail dans l’objectif :

  • De favoriser le respect des règles de confinement.
  • De continuer les démarches administratives
  • Odile et Christine assurent les missions suivantes : paie, présences, facturations, suivi des mails, dossiers des travailleurs, suivi des travailleurs, AGM

Les renforts au niveau associatif

Dès le début, les moniteurs, l’agent de service, l’éducatrice spécialisée et les cadres de l’ESAT se sont engagés dans le dispositif des renforts associatifs. Ils sont répartis de la façon suivante :

Franck, Rachel, Daniel, Cédric et Olivier interviennent au niveau du foyer Cypressat,
Françoise, Bernadette, Martine, Alain et Karim interviennent au niveau de foyer La Lorette.

Ces renforts permettent :

  • D’assurer la sécurité des résidents,
  • D’aider, soutenir les équipes du Cypressat et de la Lorette dans l’accompagnement des gestes de la vie quotidienne :
    • Aide à la préparation et au service des repas,
    • Aide à la vaisselle, au nettoyage des tables, chaises…des parties communes,
    • Au rappel des gestes barrières et consignes de sécurité,
    • En participant ou en proposant des activités à destination des résidents,
    • En échangeant avec ceux-ci… ;
  • De permettre une organisation du travail concourant à une meilleure qualité de vie pour chacun dans cette période (éviter les coupures, permettre des repos..),
  • De renforcer l’individualisation des accompagnements rendus nécessaires par l’obligation de distanciation sociale et l’impossibilité des activités de groupe.

Activité Foyer La Lorette

La semaine dernière, Alain a mis en place une activité sur la fabrication de jardinières.

La jardinière créée par l’équipe.

La partie commerciale

Le lien est maintenu tant bien que mal avec les clients encore en activité. Toutes les semaines, un à deux jours par semaine, Hélène de la Queue du Chat et Baptiste de La petite marelle viennent à l’ESAT pour assurer les préparations de commande. Baptiste est super content, le niveau de commande est en très forte augmentation, confinement oblige, la location de jeux pour occuper les enfants a le vent en poupe ! Mais les retours des clients sont plutôt inquiétants dans l’ensemble. Beaucoup ont placé leurs collaborateurs au chômage partiel et certain on recourt à des prêts bancaires pour maintenir leur trésorerie.
Pour les clients « Alimentaire », qui eux sont toujours en activité, ils observent une augmentation des besoins et des demandes.
De ce fait, ils sont en difficulté pour répondre aux commandes. Pour l’anecdote, Jock est passé en 3/8 pour assurer la production. Le chocolat ça aide pour garder le moral !
Enfin, Julien fait un travail important pour maintenir le lien avec les clients espaces verts et viticulture. Là aussi la situation est complexe et nécessitera une attention toute particulière à la reprise de l’activité…
Mais le plus important c’est que nous restions, durant cette période, disponibles et présents pour nos partenaires commerciaux.

Un point santé

À ce jour et à notre connaissance, aucun travailleur ou salarié de l’ESAT Jacquemart ne présente de symptôme COVID 19.

Anecdotes

Lors de nos suivis téléphoniques avec les travailleurs, nombreuses sont les anecdotes que nous recueillons et qui nous font sourire en cette période. Pour en citer quelques-unes :

Aujourd’hui, je discute avec une travailleuse. Elle m’explique que sa sœur insiste fortement pour qu’elle l’accompagne faire ses courses.
Sa réponse : “oui mais attention ! Moi je lui ai dit, n’oublie pas ton testament, moi je sors toujours avec mon testament !

Aujourd’hui, suivi téléphonique avec une travailleuse. Elle a entendu aux informations que les masques allaient être obligatoires, et que l’on pouvait s’en fabriquer nous-même. Sa réponse : “ils ont dit qu’on pouvait prendre un bandana et faire son masque ! J’ai pris mon bandana, je l’ai accroché sur mon visage, on aurait dit Zorro !” Nous éclatons de rire toutes les deux au téléphone.

Articles récents