Interview : parcours de professionnalisation en entreprise

Edéa Asso > Actualités > Non classé > Interview : parcours de professionnalisation en entreprise

Interview : parcours de professionnalisation en entreprise

 

EDÉA interroge des bénéficiaires travaillant en milieu ordinaire par le biais d’un CDI ou d’un contrat de mise à disposition collective ou individuelle. Aujourd’hui, nous avons rencontré Sylvie qui est accompagnée par les équipes de l’ESAT DESCARTES en contrat de mise à disposition collective avec l’entreprise L’ELECTROLYSE à Latresne.

La mise à disposition en milieu ordinaire de travail a pour objectif de favoriser l’inclusion sociale et professionnelle d’une personne en ESAT. Elle peut intervenir auprès de toute entreprise mais aussi auprès des  collectivités, d’établissements publics, d’Associations, de toute autre personne morale de droit public ou privé et de toute personne physique. Elle s’inscrit dans une démarche de professionnalisation de la personne.

Dans le cadre de la mise à disposition, la personne concernée intègre le fonctionnement de l’entreprise partenaire et bénéficie d’un appui de l’équipe médico-sociale de la structure en fonction de son projet personnalisé. Cette expérience professionnelle est l’occasion pour la personne de mettre en situation ses compétences disponibles et transférables au service d’une autre entité et de bénéficier d’un accompagnement médico-social afin de renforcer ses savoir-faire et d’étoffer son parcours professionnel.

 

Poste de travail de Sylvie, à l’emballage

Rencontre avec Sylvie

Sylvie est entrée à l’ESAT DESCARTES en 2004. Elle a aujourd’hui 43 ans et 13 ans d’expérience professionnelle. Elle a accepté de nous faire part de son expérience  au sein d’une entreprise locale l’ELECTROLYSE partenaire depuis des années de l’économie sociale et solidaire. L’expertise de cette entreprise n’est plus à prouver sur le territoire. Elle est spécialisée dans les procédés spéciaux de traitements et revêtements de surfaces de pièces aéronautiques.

EDÉA : Quel métier faites-vous à L’ELECTROLYSE ?

Sylvie : Je travaille depuis 4 ans à l’emballage. Avec mes collègues on protège les pièces avec différents papiers et on les envoie à l’expédition. C’est un métier manuel.

EDÉA : Avez-vous des projets professionnels ?

S : Pas pour le moment non, j’aime mon métier !

EDÉA : Que faisiez-vous avant ?

S : À l’ESAT DESCARTES, j’étais à l’atelier conditionnement. Je faisais des produits  « cottage » et je montais des abat-jour. Avant l’ESAT, j’étais à l’école à l’IMPRO le VIEUX MOULIN.

EDÉA : Comment venez-vous au travail ?

S : Nous faisons du covoiturage avec mes collègues de l’ESAT. On se rejoint à l’ESAT le matin, on prend le véhicule de l’ESAT et je nous conduis jusqu’à l’entreprise.

EDÉA : Pour vous, qu’est-ce représente le travail ?

S : Pour moi, l’entreprise est un endroit où l’on apprend plus de choses, on nous fait confiance et on est autonome dans notre travail. Parfois, on a le droit de mettre de la musique, c’est très agréable !

EDÉA : Pour terminer, qu’est-ce qui vous plait et qui vous plait moins dans votre travail ?

S : Tout ce que je fais me plait ! Même si c’est dur parfois, je le fais quand même.

 

L’équipe de l’ESAT DESCARTES et un chargé d’insertion réalisent un suivi régulier auprès des personnes en mise à disposition et échangent avec les professionnels de l’entreprise. Ces missions permettent à Sylvie de renforcer ses compétences sociales et professionnelles et d’enrichir son parcours professionnel. Elle est intégrée à l’entreprise. Elle a pris des engagements auprès d’autres de ses collègues en étant la conductrice lors des trajets ESAT-Entreprise. En effet, Sylvie se déplace tous les matins et tous les soirs avec un véhicule  de l’ESAT DESCARTES pour accompagner ses collègues en mise à disposition dans la même entreprise. C’est l’occasion pour chacun d’apprendre à connaître le handicap psychique, de découvrir les personnes au travers de leurs expertises professionnelles. C’est un premier pas vers une visée plus inclusive